Une première pour la cathédrale de Kyiv reconquise : Noël en ukrainien



Par Hanna Arhirova | Presse associée

KYIV, Ukraine – Emballant une cathédrale pour Noël orthodoxe, des centaines de fidèles ont entendu le service dans cette église en langue ukrainienne pour la première fois depuis des décennies, une démonstration d’indépendance vis-à-vis de l’Église orthodoxe russe.

Richement décorée d’icônes et de panneaux dorés, la cathédrale – qui fait partie du complexe connu sous le nom de Monastère des Grottes et site du patrimoine mondial de l’UNESCO – a installé un écran vidéo à l’extérieur pour le débordement des fidèles, malgré les températures glaciales de -10 Celsius ( 14F).

Surplombant la rive droite du Dniepr, le complexe de la cathédrale et du monastère est un lieu de pèlerinage depuis des siècles. Et pour la première fois en 31 ans d’indépendance de l’Ukraine, le service s’y est déroulé en ukrainien. Les troupes de l’armée ukrainienne en uniforme faisaient partie de ceux qui chantaient des chants ukrainiens bien connus.

Le gouvernement ukrainien a repris jeudi l’administration de la cathédrale de la Dormition au monastère de Kyiv-Pechersk et a autorisé l’Église orthodoxe d’Ukraine à l’utiliser pour le service de Noël orthodoxe. Cette décision met en évidence les tensions de longue date entre les deux églises exacerbées par la guerre de la Russie en Ukraine.

La cathédrale. construit il y a environ 1 000 ans puis reconstruit dans les années 1990 après avoir été ruiné pendant la Seconde Guerre mondiale, était sous le contrôle de l’Église orthodoxe ukrainienne, qui avait autrefois des liens avec l’Église orthodoxe russe.

“C’est une première victoire” pour l’Ukraine, a déclaré Oksana Abu-Akel qui l’a saluée comme une étape importante pour les croyants orthodoxes de couper les liens avec la Russie après le début de la guerre il y a plus de 10 mois. « C’est la première fois en 300 ans qu’il y a vraiment notre propre service ici. Chaque personne ressent cette joie. C’est une victoire pour tous les Ukrainiens.

Le ministre ukrainien de la Culture, Oleksandr Tkachenko, a déclaré jeudi que la cathédrale avait été reprise par l’État après l’expiration du bail de l’église affiliée à Moscou le 31 décembre. Tkachenko a assisté au service samedi.

« C’est un moment incroyable. Auparavant, cet endroit – sur le territoire ukrainien, à Kyiv – était lié à Moscou. Maintenant, nous sentons que c’est à nous, c’est ukrainien. Cela fait partie de la nation ukrainienne », a déclaré Alex Fesiak, qui a assisté au service.

En 2019, l’Église orthodoxe d’Ukraine a reçu la reconnaissance du patriarche œcuménique de Constantinople. Les patriarches de Moscou et la plupart des autres patriarches orthodoxes ont refusé d’accepter cette désignation qui officialisait une scission avec l’Église russe.

L’Église orthodoxe ukrainienne (UOC), qui est restée fidèle au patriarche de Moscou depuis le XVIIe siècle, a déclaré son indépendance du patriarcat de Moscou après l’invasion de l’Ukraine par la Russie. L’UOC a donné à Moscou une épaule froide liturgique en abandonnant la commémoration du patriarche de Moscou Cyrille en tant que son chef dans le culte public et en bénissant sa propre huile sacramentelle plutôt que d’utiliser l’approvisionnement de Moscou.

Le métropolite Épiphane, primat de l’Église orthodoxe d’Ukraine, n’a pas seulement parlé de Noël, mais a livré un message politique sur la guerre.

“En tant que nation, nous avons cherché à vivre en paix, en bonne entente avec tous nos voisins. Mais l’ennemi a violemment et traîtreusement rompu la paix et envahi notre terre, versant le sang, semant la mort et voulant détruire notre État et notre identité ukrainienne », a-t-il déclaré pendant le service.

“Ceux qui nous ont retenus en captivité n’ont pas pu endurer nos réalisations et notre succès”, a-t-il déclaré. « La méchanceté et l’envie du diable les ont incités à faire la guerre, mais ils sont sûrs d’être vaincus. Après tout, la vérité est de notre côté.

Natalia Levshyna a déclaré que son mari ne pouvait pas venir au service de Noël car il se battait en première ligne, mais elle lui enverra des photos du service car c’est très important pour lui. Originaire du Donbass, elle dit avoir cessé de fréquenter l’église du patriarcat de Moscou en 2014 lorsque la Russie a annexé la péninsule de Crimée et soutenu le conflit dans l’est de l’Ukraine.

“Nos émotions sont vives”, a-t-elle déclaré, retenant à peine ses larmes, décrivant sa conviction que l’Église ukrainienne sur le sol ukrainien devrait être indépendante de l’Église orthodoxe russe.

« Notre église doit être synchronisée avec la politique de l’État. Ils doivent être un », a déclaré Levshyna.

D’autres en Ukraine ont décidé de prendre leurs distances avec l’Église orthodoxe russe en célébrant Noël le 25 décembre.

Vendredi, l’Église du Patriarcat de Moscou a condamné le projet ukrainien d’organiser un service dans la cathédrale de Kyiv comme “une tentative de s’emparer par la force… de la cathédrale au moyen du chantage et de la désinformation de la société”.

En 2019, l’Église orthodoxe d’Ukraine a reçu la reconnaissance du patriarche œcuménique de Constantinople, mais le patriarche de Moscou a refusé de l’accepter.

L’Église orthodoxe ukrainienne a déclaré son indépendance du patriarcat de Moscou après l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février, mettant fin à la loyauté de l’Église ukrainienne envers le patriarche de Moscou qui remontait au XVIIe siècle. L’Église orthodoxe ukrainienne a retiré le patriarche de Moscou Kirill de son rôle de chef du culte public et utilise désormais sa propre huile sacramentelle pour les bénédictions plutôt que l’huile fournie par Moscou.

[colabot]

Source link
[colabot]

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *