Torchage signalé à la raffinerie de Martinez vendredi soir



MARTINEZ – Une panne d’équipement a provoqué un torchage dans une raffinerie de Martinez vendredi soir, mais il n’y avait aucun risque imminent pour la santé de la communauté, ont déclaré des responsables de la santé.

Contra Costa Health Services a envoyé son équipe de matières dangereuses pour enquêter sur l’incident survenu à l’installation de Martinez Refining Co. dans le bloc 3400 du boulevard Pacheco.

“La surveillance de l’air a déterminé qu’il n’y a pas de risque sanitaire imminent pour la communauté à l’heure actuelle et qu’il n’est pas nécessaire que les résidents s’abritent sur place”, a déclaré l’agence dans un communiqué.

Une panne de compresseur a provoqué le torchage, selon l’agence. L’agence a déclaré qu’elle enquêtait sur l’incident, ajoutant que plus de détails seront rendus disponibles dans un rapport que la raffinerie doit déposer avant 17 heures lundi.

La Martinez Refining Co. s’est excusée pour l’incident dans un message sur sa page Facebook.

“Nous nous excusons d’avoir eu un impact sur certains de nos voisins et remercions nos employés qui réagissent en toute sécurité pour résoudre le problème d’équipement qui provoque un torchage intermittent”, indique le message.

Les torchères sont une « partie essentielle » des systèmes de sécurité des raffineries, selon l’entreprise.

“Les torches sont conçues pour gérer en toute sécurité les gaz combustibles en excès en les brûlant de manière efficace et efficiente”, a déclaré le poste.

La société a attiré l’attention de Contra Costa Health Services le mois dernier lorsqu’elle n’a pas signalé le rejet de produits chimiques potentiellement nocifs dans les environs. Les installations industrielles telles que la raffinerie sont tenues par la loi de l’État et la politique du comté de signaler immédiatement le rejet ou le rejet présumé de produits chimiques dangereux.

La libération accidentelle de «catalyseur usé» a commencé vers 21h30 le jour de Thanksgiving et s’est poursuivie jusqu’aux petites heures du matin du 25 novembre, selon l’agence. Les tests d’une substance poudreuse trouvée près de la raffinerie ont montré des niveaux d’aluminium, de baryum, de chrome, de nickel, de vanadium et de zinc supérieurs aux niveaux de fond normaux pour ces métaux.

Il n’y a eu aucun rapport immédiat de maladies liées à la libération, selon l’agence.

Revenez pour les mises à jour.

[colabot]

Source link
[colabot]

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *