Paul Silas, ex-NBA All-Star, entraîneur-chef d’Oakland, décède à 79 ans


Paul Silas d’Oakland, qui a inauguré l’ère du basket-ball au lycée la plus dominante de l’histoire de la Californie en devenant triple champion de la NBA, est décédé, a annoncé dimanche sa famille. Il avait 79 ans.

La famille a révélé la mort par l’intermédiaire des Houston Rockets, pour qui le fils de Silas, Stephen, est un entraîneur-chef de deuxième génération de la NBA après avoir été assistant des Warriors. Le Boston Globe a d’abord rapporté la mort de Silas, et aucune cause officielle n’a été immédiatement annoncée.

“Nos pensées les plus sincères vont à Stephen et à sa famille pendant cette période difficile”, ont déclaré les Rockets dans un communiqué.

Silas, entraîneur-chef de la NBA pendant 12 ans, qui a notamment été le premier entraîneur de LeBron James dans la ligue.

Silas a commencé sa carrière en tant qu’entraîneur-chef avec un passage de trois ans à la tête des Clippers de San Diego à partir de 1980. Après avoir passé plus d’une décennie en tant qu’assistant, il est redevenu entraîneur-chef et a passé du temps avec les Charlotte Hornets, les New Orleans Hornets, les Cleveland Cavaliers et les Charlotte Bobcats.

Il a emmené quatre de ces équipes en séries éliminatoires, remportant exactement 400 matchs – 387 en saison régulière, 13 de plus en séries éliminatoires.

“Paul a apporté une énorme contribution au jeu de basket-ball et nous manquera beaucoup!” Le garde du Temple de la renommée et le grand Magic Johnson des Lakers de Los Angeles ont écrit sur Twitter.

Bien avant la carrière réussie de Silas dans la NBA, qui comprenait deux apparitions All-Star et cinq apparitions dans l’équipe All-Defensive, il était un standard d’excellence à West Oakland.

La mort de Silas survient moins de cinq mois après la mort de la légende de la NBA Bill Russell, une autre ancienne star des McClymonds.

Reprenant là où Russell s’était arrêté six ans plus tôt à McClymonds, les Silas de 6 pieds 7 pouces n’ont jamais perdu un match au lycée, menant les Warriors à un record de 68-0 et trois ans à être l’équipe classée n ° 1 de la Californie de 1958 à 1960. .

Silas et McClymonds ont commencé une course qui a vu les Warriors profiter de séquences de victoires de 68 et 42 matchs en route vers un dossier de 110-1. Mack a poursuivi une course sans précédent de six ans qui comprenait un record de 126-4 avec six titres consécutifs du Tournoi des Champions (il n’y avait pas de séries éliminatoires d’État), cinq classements n ° 1 dans l’État et quatre saisons invaincues. L’incroyable course a valu à McClymonds le surnom de “l’école des champions”, qu’ils ont affiché fièrement pendant des années.

Les coéquipiers vedettes de Silas chez McClymonds comprenaient Jim Hadnot de 6 pieds 10 pouces (repêché par les Celtics de Boston, joué avec les Oakland Oaks de l’ABA), Joe Ellis (carrière de 8 ans dans la NBA avec les San Francisco / Golden State Warriors), Wendell Hayes ( Arrière arrière de la NFL avec les Chiefs et les Broncos) et Aaron Pointer (carrière de 3 ans en MLB avec Houston, juge de ligne en chef de la NFL pendant 16 ans et frère des Pointer Sisters, lauréates d’un Grammy Award).

Au cours de sa saison senior, Silas a été nommé joueur de l’année de l’État de Californie avec une moyenne de 30,2 points et près de 25 rebonds par match. L’une des meilleures recrues du pays, Silas est allé à l’Université Creighton, où il était un All-American tout en établissant le record de la NCAA pour la plupart des rebonds en trois saisons. Ses 631 rebonds en tant que senior en 1963-64 restent le plus élevé de tous les joueurs universitaires depuis 1960.

La moyenne de carrière de Silas de 21,6 rebonds par match est la troisième de l’histoire de la NCAA et il n’est que l’un des cinq joueurs – dont Russell et Julius Erving – à avoir en moyenne plus de 20 points et 20 rebonds par match au cours de sa carrière universitaire.

Il a été élu au College Basketball Hall of Fame en 2017.

Stephen Silas est entré dans le monde de la NBA lorsque son père était entraîneur à Charlotte, commençant comme dépisteur avancé et servant finalement d’assistant dans l’équipe de son père avec les Hornets en 2000. Il a fallu deux décennies à Stephen Silas pour avoir la chance d’être un chef entraîneur, dont cinq ans comme assistant des Warriors (2006-10). Houston a embauché Silas comme entraîneur-chef en 2020.

“Mon père, évidemment, il était mon mentor n ° 1, quelqu’un sur qui je pouvais m’appuyer, poser des questions et il m’a posé des questions”, a déclaré Stephen Silas dans un documentaire de 2021 produit par les Rockets sur son parcours d’entraîneur. “Il a vraiment apprécié mon opinion, ce qui était un peu bizarre pour moi, moi étant si jeune et n’ayant pas beaucoup d’expérience.”

Stephen Silas a persévéré pendant longtemps avant d’obtenir sa grande chance. Il a vu son père attendre longtemps pour le travail qu’il voulait aussi. Paul Silas a été licencié par les Clippers de San Diego en 1983 et n’aurait plus d’opportunité d’entraîneur-chef avant 1999 – à venir lorsque Dave Cowens, pour qui Paul Silas était assistant, a démissionné à Charlotte après un départ de 4-11 pour le raccourci saison 1998-99.

Finalement, Silas prendrait le relais à Cleveland. Il y est arrivé en 2003, la même année où les Cavaliers ont repêché James.

“J’ai entraîné LeBron pendant deux ans, ses deux premières années, et LeBron était incroyable”, a déclaré Paul Silas. «À 18 ans, il connaissait Bill Russell, il connaissait beaucoup de joueurs qui sont passés par là que la plupart des joueurs de son âge ne connaissent même pas. Et il a compris le jeu. J’ai fait de LeBron un point/attaquant parce que je n’en avais pas quand il a commencé. Il ne m’a pas dit un mot. Il a juste repris le jeu et nous avons bien fait.

Avec le temps, James deviendrait un champion. Il a fallu quelques années à Paul Silas pour atteindre ce niveau en tant que joueur également.

Il a été cinq fois sélectionné dans l’équipe All-Defensive qui a récolté en moyenne 9,4 points et 9,9 rebonds en 16 saisons avec les Hawks de St. Louis et d’Atlanta, Phoenix, Boston, Denver et Seattle. Silas a remporté deux titres avec les Celtics – le premier à sa 10e saison en tant que joueur – et a remporté un troisième avec les SuperSonics. Il a récolté en moyenne 12,8 points et 13,8 rebonds lors de la finale de 1976 pour Boston contre les Suns.

“Paul Silas était un géant dans les milieux du basket-ball”, a écrit dimanche sur Twitter l’ancien joueur de la NBA Rex Chapman. « Un grand homme. A eu la chance de passer quelques saisons avec Paul lorsqu’il était entraîneur (adjoint) avec les Suns. Je ne connais personne avec un mauvais mot à dire sur lui – jamais. Un jour triste.”

Associated Press a contribué à ce rapport.

L'ancienne star de la NBA, Paul Silas, à gauche, se tient à côté de son fils Stephen, entraîneur adjoint des Golden State Warriors, lors d'une visite au gymnase de l'école secondaire McClymonds à Oakland, en Californie, le vendredi 13 février 2009. Paul a joué au basket de son lycée à McClymonds High.  (Ray Chavez/personnel)
L’ancienne star de la NBA, Paul Silas, à gauche, se tient à côté de son fils Stephen, entraîneur adjoint des Golden State Warriors, lors d’une visite au gymnase de l’école secondaire McClymonds à Oakland, en Californie, le vendredi 13 février 2009. Paul a joué au basket de son lycée à McClymonds High. (Ray Chavez/personnel)
L'entraîneur-chef des Bobcats de Charlotte, Paul Silas, félicite Stephen Jackson, # 1, après avoir battu les Golden State Warriors le vendredi 28 janvier 2011 à l'Oracle Arena d'Oakland, en Californie, les Bobcats ont battu les Warriors en prolongation 1210-113.  (José Carlos Fajardo/personnel)
L’entraîneur-chef des Bobcats de Charlotte, Paul Silas, félicite Stephen Jackson, # 1, après avoir battu les Golden State Warriors le vendredi 28 janvier 2011 à l’Oracle Arena d’Oakland, en Californie, les Bobcats ont battu les Warriors en prolongation 1210-113. (José Carlos Fajardo/personnel)

[colabot]

Source link
[colabot]

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *