L’inflation zappe les grosses augmentations de salaire de la Californie à l’ère de la pandémie



Le « Looking Glass » réfléchit aux tendances économiques et immobilières à travers deux lentilles distinctes : le « verre à moitié plein » des optimistes et le « verre à moitié vide » des pessimistes.

Bourdonner: Les importantes hausses de salaire de l’ère de la pandémie pour les travailleurs californiens semblent minuscules après l’énorme morsure de l’inflation.

La source: Ma fidèle feuille de calcul examinée statistiques gouvernementales sur les salaires hebdomadaires moyens et taux d’inflation. L’accent était mis sur la comparaison de l’ère de la pandémie (de 2020 à 2022) à 2012-2019 – avant que le coronavirus ne frappe et à une époque où les gens se plaignaient amèrement des augmentations de salaire misérables.

Débat: Quelle est la profondeur de la douleur de l’inflation ?

Verre à moitié plein

Oui, les augmentations ont grimpé en flèche à l’ère de la pandémie pour des raisons allant d’une pénurie de travailleurs, d’employés disposés à changer de patron pour obtenir un meilleur salaire et d’un rebond économique étonnamment robuste à la suite de limitations commerciales liées aux coronavirus.

Réfléchissez au fait que les salaires hebdomadaires en Californie ont augmenté à un rythme annuel de 5,2 % à l’ère de la pandémie, c’est le 15e meilleur parmi les États et bat le gain national de 4,7 %.

Comparez ces augmentations à ce que les patrons ont distribué avant la pandémie 2012-19. Au cours de ces années, les salaires hebdomadaires de la Californie ont augmenté à un rythme annuel moyen de 3% (également n ° 15) contre 2,6% par an à l’échelle nationale.

Verre à moitié vide

Tu sais maintenant que l’inflation s’est envolée depuis 2020.

Et vous savez pourquoi : de trop de stimuli à une pénurie de biens, en passant par la flambée des coûts de l’énergie, les maux de tête de la distribution et, oui, les patrons qui répercutent le coût des augmentations engraissées sur les clients.

Cette image laide du coût de la vie s’ajoute à l’indice des prix à la consommation qui bondit à un taux annuel moyen de 4,5% de 2020 à 2022 contre un rythme inflationniste de 1,6% par an en 2012-19.

Ce quasi-triplement de l’inflation au cours de cette période prolongée a sérieusement réduit ce qui, autrement, semblerait être des augmentations généreuses. Pensons à ce que les économistes appellent les augmentations salariales « réelles », c’est-à-dire les salaires après le coût de l’inflation.

Les augmentations “réelles” de la Californie en 2020-22 n’étaient en moyenne que de 0,7% par an. À l’échelle nationale, les augmentations après inflation n’étaient que de 0,2 %.

La traînée du coût de la vie fait bien paraître les augmentations de salaire apparemment minces de 2012-2019. Pourquoi? N’oubliez pas que l’inflation n’était en moyenne que de 1,6 % par an au cours de cette période.

Cela se traduit par des augmentations «réelles» de la Californie au cours de ces années pré-pandémiques, en moyenne de 1,4%, dépassant le taux de 1% à l’échelle nationale.

En bout de ligne

Des augmentations plus importantes permettent à certains travailleurs de se sentir mieux dans leur travail, mais la réalité générale est que l’inflation réduit le pouvoir d’achat des récentes augmentations de salaire.

[colabot]

Source link
[colabot]

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *