Les électeurs latinos sont toujours à la recherche d’un programme ouvrier



Le fossé éducatif qui a défini la politique américaine au cours des trois derniers cycles électoraux a commencé à apparaître dans le plus grand État bleu du pays, la Californie. Les démocrates ont capturé et conservé une plus grande part d’électeurs diplômés d’université dans les régions métropolitaines, mais cela s’est fait au détriment de la perte d’électeurs ruraux et cols bleus au profit du Parti républicain.

Les conséquences de ce réalignement remodèlent les coalitions des deux partis et continueront d’avoir un effet durable sur la politique électorale pendant une génération. Pour la Californie, ce compromis a eu pour effet que les démocrates renversent les sièges des urnes dans des banlieues comme le comté d’Orange et le nord du comté de Los Angeles, mais perdent des courses dans la vallée centrale rurale. Cela pourrait également exacerber les tensions ethniques, de classe et géographiques au sein du Parti démocrate.

En Californie, comme dans d’autres États à forte population latino-américaine, le réalignement de l’éducation est devenu étroitement lié au virage politique des électeurs latino-américains vers la droite. Les 17 districts du Congrès les plus latinos de Californie (où un républicain et un démocrate se sont tous deux présentés en 2022) ont un taux moyen d’éducation universitaire inférieur de 20% à celui du reste de l’État. Chacun de ces districts est passé de l’élection présidentielle de 2020 aux élections de mi-mandat de 2022, avec un changement agrégé de 11,2 %. Tous ces 17 districts sauf un sont passés de la vague bleue de 2018 aux élections de mi-mandat de 2022 cette année. Il y avait trois districts compétitifs parmi ces 17, chacun dont Biden a gagné en 2020 et les républicains ont réussi à gagner cette année.

Le gouverneur Gavin Newsom a été réélu avec le fort soutien de 62% des électeurs latinos – mais toujours deux points de moins que sa première élection en 2018. Cela s’est traduit par un changement marginal mais mesurable vers la droite dans les courses au Congrès de Californie à l’échelle de l’État. En fait, les républicains ont remporté sept des 10 districts du Congrès les plus compétitifs de Californie en 2022, et les électeurs latinos ont eu un impact démesuré sur les résultats de presque chacun de ces 10 districts.

Par rapport à 2020, le taux de participation cette année était en moyenne de 13% inférieur dans les 17 districts les plus concentrés en Latino que le reste de l’État.

Le faible taux de participation des Latinos est un signal d’alarme rouge flagrant : les électeurs latinos sont de plus en plus indifférents aux démocrates et aux priorités économiques démocrates autant qu’aux républicains et aux priorités sociales et culturelles des républicains. Cependant, si un parti doit dépenser des millions de dollars juste pour que ce qui est considéré comme une circonscription loyale se présente et vote, et que ce n’est toujours pas suffisant pour remporter des victoires dans certains des districts les plus compétitifs à concentration latino-américaine, il peut être nécessaire être un réexamen de ce qui est considéré comme une circonscription loyale.

Il est de plus en plus évident que les problèmes culturels et ethniques que les démocrates ont utilisés pendant des décennies pour gagner les Latinos pourraient se dissiper à mesure que les problèmes économiques s’installent dans le segment à la croissance la plus rapide de la classe ouvrière californienne.

Les démocrates et les républicains doivent encore s’engager dans une conversation sérieuse et honnête sur ce qu’ils doivent faire pour sécuriser les électeurs latinos à l’avenir.

Les électeurs latinos veulent voir de vrais changements dans leur vie quotidienne – en termes de salaires, d’opportunités d’emploi et de prix à l’épicerie et à la pompe à essence. La fracture de l’inégalité des revenus en Californie est la plus importante depuis la Grande Récession. Les pressions sur la classe moyenne en voie de disparition s’aggravent au lieu de s’améliorer.

Courir contre les républicains a été une tactique réussie pour une génération de démocrates californiens à la recherche d’un soutien latino, mais cela ne suffira pas. Cela nécessite maintenant de se présenter dans les communautés latino-américaines, d’être ambitieux quant à l’avenir du pays et de s’engager dans un programme de la classe ouvrière, dans la rhétorique et la politique, qui profite aux électeurs latino-américains.

Mike Madrid est un consultant politique républicain et co-fondateur du Lincoln Project. Lucas Holtz est analyste politique démocrate chez Third Way. ©2023 Los Angeles Times. Distribué par l’agence de contenu Tribune.

[colabot]

Source link
[colabot]

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *