Les avocats de Trump devant le tribunal pour l’audience de l’affaire Mar-a-Lago



Par Eric Tucker | Presse associée

WASHINGTON – Les avocats de Donald Trump étaient au tribunal vendredi pour des arguments sous scellés dans le cadre de l’enquête en cours sur la présence d’informations classifiées dans le domaine de l’ancien président en Floride.

La procédure se déroulait devant le juge de district américain Beryl Howell, juge en chef du tribunal fédéral du district de Columbia. Les avocats de la défense ont été vus entrer dans la salle d’audience vers 14 heures et repartir plus d’une heure plus tard sans s’adresser aux journalistes.

Un avocat de l’Associated Press et d’autres organes de presse avait soumis une lettre plus tôt vendredi demandant l’accès des médias à l’audience, mais malgré cela, celle-ci s’est déroulée entièrement à huis clos.

La porte-parole du tribunal, Lisa Klem, a déclaré dans un communiqué que l’audience concernait “une affaire de grand jury en cours et scellée” qui reste sous scellés.

Il n’était pas immédiatement clair quel était le résultat de la procédure. Le Washington Post, s’appuyant sur des sources anonymes, a rapporté jeudi que le ministère de la Justice avait précédemment demandé à Howell de mépriser le bureau de Trump pour ne pas avoir pleinement respecté une assignation à comparaître de mai demandant la restitution de documents classifiés en sa possession. Le département souhaite également que l’équipe Trump nomme un gardien des dossiers qui pourrait attester que tous les documents classifiés ont été restitués, selon le Post.

Les avocats de Trump ont refusé de commenter avant l’audience. Un porte-parole du ministère de la Justice n’a pas non plus renvoyé de message téléphonique demandant des commentaires vendredi après-midi.

Les quelque 100 documents marqués comme classifiés que le FBI a pris à Mar-a-Lago en août s’ajoutaient aux 37 documents portant des marques de classification que les avocats de Trump ont récupérés au domicile lors d’une visite en juin. De plus, 15 boîtes contenant environ 184 documents classifiés ont été récupérées en janvier par la National Archives and Records Administration.

La possibilité que le ministère de la Justice n’ait pas encore récupéré tous les documents classifiés existe depuis des mois.

La perquisition du domicile par le FBI en août est intervenue après que les enquêteurs ont développé des preuves indiquant que des documents sensibles supplémentaires y restaient, même si les représentants de Trump avaient certifié en juin que tous les documents classifiés demandés dans une assignation à comparaître du ministère de la Justice avaient été localisés et restitués.

[colabot]

Source link
[colabot]

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *