Par Elena Becatoros | Presse associée

ATHENES, Grèce – Les garde-côtes grecs ont recherché mardi des dizaines de migrants portés disparus après que le voilier surchargé sur lequel ils se trouvaient a chaviré et coulé dans une mer agitée au large d’une île près d’Athènes, ont annoncé les autorités.

L’incident de la nuit était le dernier d’une série de naufrages récents impliquant des bateaux de migrants qui ont fait des dizaines de morts ou de disparus dans les eaux grecques.

Dix survivants, tous des hommes, ont été secourus et transportés sur l’île d’Eubée, au large de la côte est de la capitale grecque. Les neuf premiers ont été découverts du jour au lendemain sur un îlot inhabité au sud d’Eubée et ont déclaré aux autorités qu’il y avait environ 68 personnes sur le voilier lorsqu’il a coulé.

Le dixième survivant a été arraché à l’eau quelques heures plus tard, mardi après-midi, par un cargo participant à l’opération de recherche et de sauvetage, ont indiqué les garde-côtes.

Les premiers survivants ont déclaré aux autorités grecques que le bateau était parti d’Izmir sur la côte turque. Il n’y avait aucune information sur leurs nationalités.

L’opération de sauvetage s’est déroulée dans un temps particulièrement agité, avec des vents violents mardi matin. Le détroit de Kafireas où le bateau a coulé, entre les îles d’Evia et d’Andros, est notoirement traître, avec une mer agitée courante même par vents plus légers.

Des images de l’opération publiées par les garde-côtes ont montré un petit groupe de personnes debout sur des rochers sous une falaise agitant pour obtenir de l’aide, et des vagues se brisant sur le patrouilleur des garde-côtes pendant la recherche et le sauvetage nocturnes. Une photo des garde-côtes montrait les survivants enveloppés dans des couvertures en aluminium d’urgence assis sur le pont du patrouilleur.

Les garde-côtes ont déclaré que les autorités avaient initialement été alertées par un appel de détresse mardi matin au sujet d’un bateau en difficulté, mais les appelants n’ont pas fourni de localisation. Un avion, un patrouilleur des garde-côtes et deux navires à proximité ont participé à la recherche et au sauvetage.

Une opération de sauvetage maritime distincte s’est poursuivie mardi après-midi pour sept personnes disparues d’un canot pneumatique qui a chaviré lundi avec 12 personnes à bord. Quatre survivants ont été secourus lundi de cet incident au large de l’île de Samos, dans l’est de la mer Égée, située près de la côte turque.

Les garde-côtes ont déclaré qu’un cargo participant à l’opération avait localisé mardi un corps dans les eaux territoriales grecques. Un navire des garde-côtes turcs qui n’avait pas participé au sauvetage a récupéré le corps, ont indiqué les garde-côtes.

Lors de la récupération, le navire turc aurait harcelé un navire des garde-côtes grecs et tenté de l’endommager, tout en “montrant des armes”, ont déclaré les garde-côtes grecs.

La tension a été élevée entre les voisins et les alliés de l’OTAN, la Grèce et la Turquie, qui sont en désaccord sur une série de questions, notamment des différends territoriaux dans la mer Égée.

Le ministre grec de la marine marchande, Giannis Plakiotakis, a critiqué la Turquie pour avoir « permis à des réseaux de contrebande impitoyables d’envoyer des gens à la mort, la Grèce en sauvant autant qu’elle le peut ».

Il a allégué que le navire des garde-côtes turcs avait agi de manière provocatrice en pénétrant dans les eaux territoriales grecques, “voulant peut-être provoquer un incident”.

La Grèce, a déclaré Plakiotakis dans un communiqué, “continuera à sauver des vies, sans être entraînée dans les jeux que la Turquie recherche dans la mer Égée”.

La Turquie a fermement rejeté les accusations, insistant sur le fait que le corps avait été retrouvé dans les eaux internationales et qu’il s’agissait d’un bateau grec qui s’était approché dangereusement du navire turc. Un communiqué des garde-côtes turcs a déclaré que c’était le personnel à bord du navire grec qui avait pointé une arme sur les Turcs, provoquant une forte réponse du navire turc.

“L’attitude adoptée par le personnel des garde-côtes grecs lors de l’opération de recherche et de sauvetage dont le seul but est de sauver des vies humaines, menée dans les eaux internationales de la région turque de recherche et de sauvetage, est contraire au droit international ainsi qu’aux droits de l’homme”, la déclaration lue.

Chaque année, des milliers de personnes fuyant les conflits et la pauvreté en Afrique, en Asie et au Moyen-Orient tentent d’entrer dans l’Union européenne via la Grèce.

La plupart effectuent la traversée courte mais souvent périlleuse de la côte turque vers les îles grecques voisines dans des canots pneumatiques. D’autres choisissent de tenter de contourner la Grèce dans des voiliers et des yachts surpeuplés se dirigeant directement vers l’Italie.

Au moins 27 personnes se sont noyées dans deux incidents distincts le mois dernier. Dans l’un d’entre eux, 18 personnes sont mortes lorsqu’un bateau parti de Turquie a coulé au large de l’île de Lesbos, dans l’est de la mer Égée. Dans l’autre, un yacht transportant environ 100 personnes a coulé dans un coup de vent, tuant au moins neuf personnes et faisant six disparus.

Au large de l’Italie, plus de 900 migrants secourus par des bateaux caritatifs ces derniers jours ont attendu mardi que les autorités italiennes assignent des ports où les navires bondés pourraient débarquer des passagers.

[colabot]

Source link
[colabot]

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *