Comment le Colorado a-t-il attiré Deion Sanders de l’État de Jackson ?


BOULDER – La nouvelle plaque signalétique était placée devant le bureau de Rick George, la place d’honneur d’un patron. Alors que le soleil commençait sa lente descente derrière les Flatirons vendredi après-midi dernier, les rayons passant à travers la fenêtre géante du bureau ont frappé les sept lettres d’or de la plaque juste comme il faut, donnant au titre un éclat éthéré presque rougeoyant.

Le nom sur l’assiette ? ANNONCE PRIME.

“Je pense plus que tout, (pour) un, l’opportunité était formidable”, a déclaré George, directeur sportif de CU, au Denver Post, interrogé sur la poursuite de Deion Sanders, qui est devenu le nouvel entraîneur de football des Buffs le 3 décembre après presque deux mois de recherche stratégique.

“Parce que vous allez prendre une équipe qui (est allée) 1-11, qui n’a pas été à la hauteur de ses capacités. Et il aime ce défi. C’est un peu comme ça que je suis. J’ai eu des défis partout où je suis allé. Et nous avons partagé cela.

La plaque signalétique était un cadeau des copains de George au sein du comité des éliminatoires du football universitaire, un cadeau bâillon et un souvenir de son dernier défi : Luring Coach Prime, l’un des meilleurs arrières défensifs de l’histoire de la NFL, à Boulder, où Sanders n’avait ni personnel ni professionnel. liens, dans l’espoir de renverser l’un des programmes de football Power 5 les plus en difficulté du pays.

Ce qui soulève la question : comment diable est-ce arrivé ?

“C’était juste une multitude de choses”, a réfléchi George. «Mais je pense que la chose la plus importante est que nous avions confiance, que nous pouvions parler librement. Et parlez librement de l’opportunité et de la vie de chacun. Et nous nous sommes en quelque sorte bien entendus.

Kordell Stewart, Jeremy Bloom ont fait le cas de CU

Coach Prime, avec une fiche de 27-5 à Jackson State et recruter des victoires telles que le demi défensif cinq étoiles Travis Hunteravait toujours été dans la tête de George.

Mais c’était un nom mélangé à d’autres, au départ, un saut de logique – pas de kilométrage Pac-12, pas de liens Front Range ou CU, pas d’expérience de coaching FBS, et ainsi de suite.

“Quand j’ai pris la décision avec Karl (Dorrell, qui a été licencié le 2 octobre), je n’ai pas dit:” OK, ce sont mes deux meilleures personnes (le) ce jour-là “”, a déclaré George. “Parce que j’étais angoissé dans ce processus à ce sujet – encore une fois, j’y suis allé et j’ai toujours cherché le meilleur.”

Pourtant, le nom de Sanders revenait sans cesse. En plus des services de la société de recherche basée au Texas Eastman & Bodine, George consultait régulièrement un petit comité composé d’anciens et de partisans du football des Buffs.

Au moins un, ont déclaré des sources au Post, a suggéré d’approcher Sanders peu de temps après le licenciement de Dorrell. Pendant ce temps, en dehors du comité, George a reçu un texto l’après-midi du 2 octobre, peu de temps après que les nouvelles de Dorrell soient devenues publiques, d’un autre ancien des Buffs : l’ancien large/retourneur et olympien Jeremy Bloom.

“Deion Sanders”, a écrit Bloom, se portant volontaire pour aider à accorder à CU une audience avec Coach Prime. “Il peut recruter des talents à Boulder.”

Au fil des ans, Bloom, un entrepreneur qui a vendu son entreprise Integrate à une société de capital-investissement l’année dernière, avait noué des relations avec une poignée de contacts qui connaissaient bien Sanders.

À cette fin, il a demandé à quatre amis début octobre de faire des présentations directes à Sanders au nom des Buffs : l’ancien secondeur et homme d’affaires de la NFL Shawne Merriman ; l’ancien joueur de la NFL / ancienne star de l’Utah Steve Smith; ancien arrière défensif de l’État de Floride, boursier Rhodes et neurochirurgien Myron Rolle; et l’ancien receveur des Broncos Brandon Marshall.

“Ce n’était pas la seule offre que (Sanders) avait”, a déclaré Merriman au Post. «Je pense que le fait que nous l’ayons contacté l’a légitimé.

“Si Deion Sanders s’était envolé pour toutes les universités qui auraient fini par lui offrir, il aurait probablement fini par prendre 20 vols.”

Le directeur sportif de CU, Rick George, à gauche, donne à Deion Sanders, le nouvel entraîneur de football en chef de CU, un maillot personnalisé au Arrow Touchdown Club lors d'une conférence de presse le 4 décembre 2022 à Boulder, Colorado.  (Photo de Helen H. Richardson/The Denver Post)
Le directeur sportif de CU, Rick George, à gauche, donne à Deion Sanders, le nouvel entraîneur de football en chef de CU, un maillot personnalisé au Arrow Touchdown Club lors d’une conférence de presse le 4 décembre 2022 à Boulder, Colorado. (Photo de Helen H. Richardson/The Denver Post)

Pour Sanders, qui valorise les relations et la confiance, la quantité de voix loyales et fiables de différents coins, toutes embêtées pour CU, lui a à la fois ouvert les yeux et lui a fait faire une pause.

Ironiquement, plus les Buffs étaient mauvais sur le terrain, plus l’opportunité devenait attrayante, se souvient Merriman, alors que Sanders adoptait l’idée de créer son propre programme FBS à partir de zéro. Et avec une liste de CU qui avait à peu près touché le fond cet automne (fiche de 1-11, 10 défaites par 23 points ou plus), il n’y avait nulle part où aller, mais vers le haut.

“(CU fournit) la capacité de faire sa marque”, a poursuivi Merriman. “Donc, il veut entrer et gagner des matchs, mais personne ne s’attend à ce qu’il vienne et concoure pour les championnats nationaux tout de suite. Mais il peut y entrer et faire son empreinte et la renverser en peu de temps.

D’autres amis communs sont intervenus pour raccourcir la distance, au propre comme au figuré. L’ancien quart-arrière emblématique des Buffs, Kordell Stewart, a contacté Sanders. L’agent Jordan Bazant, un confident de Sanders, était un botteur à Vanderbilt, où George avait a été directeur sportif associé dans les années 90.

L’AD Buffs est remonté encore plus loin avec Tim Brewster, un ancien entraîneur adjoint des Broncos, qu’il a recruté à l’Université de l’Illinois lorsque Brewster était un ailier serré au début des années 80 et qui avait rejoint le personnel d’entraîneurs de Sanders à Jackson State l’été dernier.

C’est un petit monde dans les cercles de football – et plus George et Sanders parlaient, plus leurs mondes se croisant avaient du sens pour les deux parties.

“Nous avons tout de suite eu ce facteur de confiance”, se souvient George.

Ils ont parlé football. Foi. Famille. Base-ball. Ils ont comparé les cicatrices des World Series.

(George faisait partie d’un front office des Texas Rangers qui a décroché les premières places dans la série de cette franchise en 2010 et 2011, pour tomber aux mains des Giants et des Cardinals au cours des automnes successifs. Sanders a frappé 0,533 pour les Braves et a volé cinq buts lors de la défaite de la Fall Classic d’Atlanta à Toronto en 1992.)

“J’ai rencontré mon match”, a récemment déclaré Sanders à propos de George.

« (J’avais) rencontré quelqu’un qui était aussi profond, aussi passionné et attentionné, qui se tenait sur (sa) morale… et il ne s’arrêtera pas tant qu’il n’aura pas accompli tout ce qu’il s’est proposé d’accomplir contre l’adversité. Simultanément. Et il m’a arrêté dans mon élan et m’a juste fait réfléchir à ça, ‘Dawg, qu’un garçon de Floride qui réside au Texas pourrait venir au Colorado.’ »

George a dit qu’il n’avait fait qu’une seule visite à Jackson pour faire un appel personnel. Plusieurs sources ont déclaré au Post que l’ancien entraîneur de BYU et de Virginie, Bronco Mendenhall, avait également été interviewé au cours du processus et que l’ancien entraîneur du Texas et de Houston, Tom Herman, et le coordinateur défensif de l’Illinois, Ryan Walters, un ancien de la CU, avaient reçu une attention particulière.

“Mais Deion”, a déclaré une source sous couvert d’anonymat, “était la licorne”.

Alors que l’intérêt signalé par d’autres prétendants – y compris Cincinnati et le sud de la Floride – s’est accru fin novembre, alors que le carrousel d’entraîneurs créait plus de postes vacants, des sources ont déclaré que George et ses consultants craignaient que Sanders ne vacille, ne choisisse un climat plus chaud ou peut-être même ne reste pas à Jackson. Une fiche d’offre officielle a finalement été rédigé par CU, daté du 1er décembre, pour un contrat de cinq ans d’une valeur de 29,5 millions de dollars, qui a ensuite été signé par Sanders, marquant officiellement le début d’une nouvelle ère.

DiStefano a abordé le blues du portail de CU

Pendant que George était sur la route ou travaillait au téléphone, le chancelier de l’UC, Phil DiStefano, a réquisitionné une sorte de détour administratif.

Un jour ou deux après le licenciement de Dorrell, George a demandé une réunion avec DiStefano pour discuter de l’un des plus gros éléphants dans la salle du département d’athlétisme : la politique de l’université sur les crédits académiques pour les transferts. Et, plus précisément, le fait que tous les crédits de toutes les institutions ou majors ne pouvaient pas venir avec eux lorsqu’un étudiant ou un étudiant-athlète potentiel s’est inscrit à CU.

Alors que la NCAA avait mandaté les transferts d’un an, la politique de crédits de CU était un point procédural, mais largement discutable – les nouveaux Buffs pouvaient rattraper le travail académique pendant leur année “gap” pour garantir leur éligibilité future.

Mais les mesures révolutionnaires des 19 derniers mois qui ont mis le pouvoir et le contrôle entre les mains des étudiants eux-mêmes ont pris les Buffs au dépourvu. Soudain, les transferts de Division I à Division I pouvaient jouer immédiatement – ​​et l’ont fait dans d’autres universités, tandis que la politique de crédits de CU avait bloqué les Buffs sur une sorte d’île isolée.

Sanders l’a remarqué, et plusieurs sources ont confirmé que ladite politique était un sujet de discussion pendant le processus de courtisation et de vérification – de tous les côtés. George l’a admis le jour où Coach Prime a été présenté.

“Il s’est avéré”, a déclaré DiStefano au Post vendredi dernier, “(le prévôt Russell L. Moore avait) travaillé avec un groupe de personnes qui cherchaient des moyens de faciliter la transférabilité pour tous les étudiants, pas seulement les étudiants-athlètes. ”

Le mois dernier, a déclaré la chancelière, une proposition visant à faciliter ce processus, née par Jill Keegan, administratrice principale des femmes de CU; Kris Livingston, AD associé principal exécutif ; et Joe Jupille, représentant de la faculté d’athlétisme de la CU, a été approuvé.

En termes simples, a expliqué DiStefano, tout étudiant transféré en CU à partir d’une école accréditée de quatre ans dont les cours précédents ne «correspondent pas nécessairement à une majeure», pourrait utiliser ces cours comme cours au choix tant qu’ils répondent à l’exigence d’un C- moins ou mieux.

DiStefano a souligné vendredi au Post que l’ajustement se serait produit avec ou sans l’embauche de Coach Prime.

“Nous (essayions) de faciliter la transférabilité pour tous les étudiants”, a déclaré la chancelière. “Donc, cela n’avait rien à voir (avec le football). Je ne savais même pas que Rick recrutait l’entraîneur Sanders au moment où nous en avions parlé.

L’effet Coach Prime

Grâce à de nombreuses mains, tout ce discours est maintenant réalité, sortant un autre chapitre de l’histoire de CU des blocs de départ à un rythme record. Les responsables universitaires ont même un nom pour cela : The Prime Effect.

Depuis l’annonce de l’embauche de Sanders tard samedi soir dernier, selon les administrateurs de l’UC, le flux Instagram du programme de football a vu ses abonnés augmenter de 142 % ; les abonnés au flux de football de CU ont augmenté d’environ 27%. Le département des sports vient d’enregistrer sa journée la plus élevée de ventes de marchandises en ligne (49 800 $) avec déjà au moins 6 000 abonnements «en préparation» pour 2023, donnant à George l’espoir précoce que le retour sur investissement dans Sanders et son personnel finira par supporter fruits fiscaux.

Et à un temps d’incertitude pour le Pac-12, le bureau de la ligue adore le fait que son avant-poste le plus à l’est vient de faire l’une des plus grandes éclaboussures dans les sports nord-américains. Après tout, qui a besoin d’USC et d’UCLA lorsque vous pouvez présenter Coach Prime à des partenaires de télévision potentiels ?

“Deion Sanders a été un entraîneur de football en chef fantastique à Jackson State, et sa capacité à diriger, à enseigner, à inspirer, à recruter et à gagner est indéniable”, a déclaré le commissaire du Pac-12 George Kliavkoff dans un communiqué au Post. “Au-delà de cela, compte tenu de la carrière sportive professionnelle incroyablement réussie de Deion et de sa popularité nationale, il apportera encore plus d’énergie et de buzz au Pac-12 et n’est que le dernier exemple des écoles Pac-12 continuant à faire des investissements importants dans le football.”

BOULDER, CO - 08 DÉCEMBRE: Deion Sanders, entraîneur de football en chef des New Colorado Buffaloes, à capuche blanche, reçoit une ovation rugissante au CU Events Center au début de la seconde mi-temps contre les Colorado Rams le 08 décembre 2022. (Photo d'Andy Cross /Le poste de Denver)
L’entraîneur de football en chef des New Colorado Buffaloes, Deion Sanders, sweat à capuche blanc, reçoit une ovation rugissante au CU Events Center au début de la seconde mi-temps contre les Colorado Rams le 08 décembre 2022. (Photo d’Andy Cross / The Denver Post)

En termes de médias et d’exposition, les Buffs sont entrés dans une stratosphère complètement différente, au-delà du réseau Pac-12 et de ses luttes avec la distribution. Lorsque Coach Prime fait partie de votre équipe, vous êtes une marque nationale. Une histoire nationale. Les verrues et tous.

Well Off Media, la société de médias de Deion Sanders Jr., est produire des vidéos des coulisses de Coach Prime et de sa famille via YouTube qui sont devenus un visionnage obligatoire pour les fidèles de CU. L’expérience Sanders se double d’une émission de téléréalité itinérante, qui se lance dans une nouvelle saison, un nouveau décor et toutes sortes de nouveaux personnages de soutien – les fidèles Buffs inclus.

Entraîneur principal ? Il arrive. Et AD Prime est ravi d’un calendrier de football 2023 qui ne ressemblera à aucun autre dans l’histoire moderne des Buffs.

“J’ai joué un petit rôle là-dedans”, a déclaré Bloom. “Vraiment, le crédit appartient à Rick.”

[colabot]

Source link
[colabot]

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *